Pour ce premier « sportif du mois », nous avons interviewé une sportive : Alice Cordonnier, championne d’Europe de Sanda. Elle nous parle avec simplicité et humour de son parcours, ses entrainements, ses motivations et ses objectifs.

1/ Alice, peux-tu te présenter (ta pratique sportive, depuis quand, ton palmarès) ?

championne médailléeJe suis donc Alice Cordonnier, j’ai 30 ans. Mon sport de prédilection est le Sanda (la partie combat du Kung-Fu) que j’ai pratiqué en compétition, au sein de l’équipe de France de 2012 à 2014. J’ai commencé en 2008 au sein de mon club, l’école Shaolin tao, à Montpellier, j’y suis d’ailleurs toujours. Mon palmarès : je suis 3 fois championne de France dans la catégorie – 70kg et surtout mon plus beau titre à ce jour, championne d’Europe en 2014 toujours dans cette même catégorie.

Maintenant je suis partie sur du K1, low kick et boxe thai. J’ai d’ailleurs fait vice championne de France de K1 catégorie – 65 kg en avril 2017. Et je suis sélectionnée pour l’équipe de France de boxe Thai, afin de chercher une place pour les championnats d’Europe qui auront lieu à Paris fin octobre. C’est tout nouveau pour moi mais surtout un nouveau bon challenge !

2/ Comment es-tu arrivée au Sanda? As tu pratiqué d’autres sports avant ?

championne et professeur





J’y suis arrivée un peu par hasard. J’étais sur Montpellier pour mes études depuis 1 an quand j’ai voulu me remettre au sport. J’avais pratiqué le judo étant plus jeune. Ce qui m’a d’ailleurs beaucoup aidé en Sanda où on a le droit de projeter son adversaire, le balayer … J’en ai parlé à un ami, qui était dans ce club et il m’a dit de venir essayer. Alors j’y suis allée avec une copine. 9 ans plus tard j’y suis encore ! Mais je me rappellerais toujours mon premier cours combat, je suis volontaire pour aller au milieu contre une fille du club, à un moment j’ai voulu descendre aux jambes pour la projeter (sans garde, sans rien bien entendu) et par réflexe elle a monté son genou, que j’ai pris dans la tête. Au final un énorme coquard, mais le lendemain je suis revenue au club et c’est là que j’ai compris que j’y resterais !! Je suis aujourd’hui professeur auprès des enfants/ados et adultes débutants. C’est un vrai choix que j’ai fait là aussi. Pour moi transmettre est très important et permet d’apprendre encore plus sur soi, et de progresser plus vite dans sa pratique.

3/ Tu es une compétitrice depuis plusieurs années maintenant, qu’est ce qui te motive toujours autant ?

J’aime la compétition, c’est un moyen pour moi de me prouver que je suis capable de dépasser mes limites physiques/mentales, d’aller chercher des ressources en moi que je connaissais pas forcément, ou encore de gérer mes émotions (même si c’est encore un point ou je dois vraiment progresser). Je prends chaque nouvelle compétition comme un nouveau challenge. Et puis je suis motivée, car j’ai envie de gagner, j’ai cet esprit de la gagne, ou tout du moins de tout donner sur un combat pour ne rien regretter ensuite ! Puis la compétition c’est l’aboutissement d’une grosse préparation en amont et je ne voudrais pas faire tout ça pour rien ….

4/ D’après ce que nous savons, tu travailles à côté. As tu des conseils à donner pour bien gérer tes 2 activités?

Arriver à bien compartimenter sa vie : tu as le travail, la famille, les amis et le sport. Il faut par exemple savoir dire à ses amis qu’on ne viendra pas à une soirée car le lendemain y a entrainement ou une compétition dans pas longtemps.

Cela revient à une bonne organisation. Je sais que dans ma semaine, j’aurais mon travail la journée et comme j’aime à dire, mon 2ème travail ensuite.

Il faut aussi être régulier, se forcer parfois, même si on est fatigué ou qu’on a passé une mauvaise journée. Le corps et l’esprit s’habituent à un rythme, il faut savoir le garder !

J’ai de la chance par mon travail d’avoir un aménagement ; je ne travaille par exemple pas le lundi matin, ce qui me permet de faire une grosse séance d’entrainement. Puis mes horaires sont bien adaptés, max je finis à 17h30, ce qui me laisse tu temps. J’avoue que si j’avais des horaires plus lourds, je ne sais pas trop comment ça se passerait.

5/ Pour être performante dans la durée, tu dois avoir un entrainement calibré/personnalisé/planifié. Peux-tu décrire à nos lecteurs une semaine type d’entrainement ?

Oui, j’ai un programme d’entrainement plus que calibré et adapté aux besoins de mon sport : des entrainements courses en fractionné (15/15 le plus souvent), de la musculation sur des exercices spécifiques à ma pratique (développé couché, soulevé de terre par exemple). Tout est planifié. Mon coach me fait un programme selon mes disponibilités. Il utilise la plateforme de gestion de l’entrainement Ekyno et j’ai tout sur mon portable. C’est très pratique ! Je lui fais mes retours de séances, qu’il peut ensuite analyser. On discute également beaucoup étant donné que je le vois au club la semaine.

Vous décrire une semaine d’entrainement ? Ok je me lance

  • Lundi matin : séance de fractionné (15/15 en récupération passive sur 65 à 75 m)
  • Mardi après le travail : musculation (actuellement sur du bulgare car pas très loin d’une échéance) sur développé couché, soulevé de terre, tirage rowing menton et tirage nuque et bien entendu abdos !! J’enchaine ensuite sur une séance au club
  • Mercredi : j’ai le droit de me reposer !
  • Jeudi soir : la même que mardi, musculation et cours combat derrière
  • Vendredi après midi : séance au sac (5 rounds en fractionné : 10/20, 5/10, 5/5)
  • Samedi après midi : la même séance que lundi le 15/15 !!

6/ Y-a t-il un entrainement, un type de séance, que tu affectionnes particulièrement ?

Oui, y en a un c’est le 15/15. C’est un entrainement où je vais vraiment chercher à repousser mes limites. Je me dis que si j’arrive à faire de bonnes séances, j’aurais moins de mal ensuite en combat, car le but est toujours de repousser plus son seuil lactique. Celui où tu sens que tes muscles répondent moins bien, sont lourds, mais qu’il ne faut surtout pas lâcher. J’ai également une montre cardio, qui me permet de bien contrôler mon rythme cardiaque. Je dois aller dans le rouge un maximum, mais être capable sur le temps de récupération de descende rapidement. Un objectif dans l’objectif ! Et une façon de rester concentrée tout au long de la séance. 

7/ Quels sont tes prochains objectifs ?

championne boxe thai EDFClairement, les sélections pour essayer de rentrer en équipe de France de boxe Thai en vu des championnats d’Europe fin octobre 2017. Ce n’était pas vraiment prévu au programme, donc je me dois de tout tenter pour y arriver. Je me prépare pour. J’ai une chance inouïe de faire partie du collectif France, je ne veux pas la gâcher ! Ensuite comme j’aime à dire qui vivra verra ! Et il sera temps de se fixer d’autres objectifs, si celui ci n’est pas atteint !

Nous connaissons Alice depuis plusieurs années et lui avons proposé récemment d’intégrer l’Equipe Ekyno en tant que Community Manager. Aimant les nouveaux challenges, elle a bien entendu accepté. C’est donc elle que vous retrouverez derrière ce blog et nos réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Youtube et Instragram) !