Après avoir obtenu ses diplômes, le coach va devoir lancer son activité. On le sait, avoir un statut salarié est compliqué à obtenir, voire impossible parfois. Alors très souvent, les coaches se dirigent vers l’activité indépendante non salariée. 
Mais quel statut prendre ? Comment faire ? Quelles sont les étapes à respecter ? 

La carte professionnelle 

C’est le début de toute activité dans le domaine du coaching sportif, personal training.

Vous êtes obligé(e)s pour travailler, dans le secteur, contre rémunération d’avoir votre carte professionnelle. Pour la demander et l’obtenir, il faut une licence STAPS minimum, un CQP (certificat de qualification professionnelle) ou un BPJEPS.

Vous devez faire votre demande de carte professionnelle directement en ligne sur la plateforme EAPS

La carte professionnelle pour le coach, est comme le permis de conduire pour l’individu lambda. Vous pouvez tout à fait conduire sans permis, mais vous prenez de gros risques. Là c’est pareil. Nous vous déconseillons donc d’exercer sans carte professionnelle.

De plus, la demande est gratuite, il faut juste attendre son traitement, qui parfois peut être un peu long. Anticipez un peu et vous n’aurez pas de problème.

Le statut d’auto entrepreneur, nouvellement micro entreprise.

C’est certainement le plus utilisé de nos jours. Très facile à obtenir, en 15 jours environ, il vous permettra coach auto entrepreneurrapidement de pouvoir facturer vos clients. Mais attention, ce n’est pas parce qu’il est facile à faire comme à défaire, qu’il faut prendre le statut sans réflexion en amont !

Comme toute personne qui créée son activité, cela ne sert à rien de prendre le statut si on a pas encore de clients. Il y a donc une étape importante avant de créer le statut, qui est la recherche de clients. En effet, à partir du moment où vous créez le statut, vous allez être redevable au RSI. De petits montants, mais de l’argent à débourser malgré tout.

  • 1er conseil : ne créer pas dans la précipitation, vous avez le temps même si vous pensez que non ! N’hésitez pas à aller chercher des informations auprès de la chambre de commerce de votre ville et sur internet. Un site indispensable à mettre dans vos favoris, mais aussi le site autoentrepreneur.fr

Vous y trouverez de nombreuses informations qui vous permettront de mieux évaluer les conséquences de cette prise de statut et peut être vous rendre compte que ce n’est pas le plus adapté dans votre situation.

  • 2ème conseil : demandez l’Accre si vous le pouvez (l’aide aux chômeurs créateurs repreneurs d’entreprise). Cela permet, pendant les 12 premiers mois de votre activité, une exonération totale des cotisations sociales.
  • 3ème conseil qui serait plutôt une alerte. Si vous n’êtes que micro entrepreneur, vous dépendrez du régime social des indépendants et de ses déboires bien connus ! Attention donc à cet aspect des choses un oeil au

Nous vous invitons à consulter le Guide RSI sur la micro entreprise. Et si vous êtes plus vidéos, celle ci vous apportera de nombreuses réponses.

Vous devez également savoir qu’il est obligatoire de souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle. En effet, vous êtes considéré(e), même si c’est de l’auto entrepreneuriat, comme une entreprise. Le code du sport oblige donc à souscrire à une assurance professionnelle. La votre en tant que particulier ne suffira pas. Elle coûte entre 80 et 130 euros / an, selon le choix de votre couverture. Plus les risques couverts sont importants, plus l’assurance sera cher !

D’autres solutions possibles …

  • Avoir son propre club, souvent une association loi 1901 et faire demicro entrepreneur coach la préparation physique, du coaching votre activité principale. L’association facture la prestation, l’abonnement, la séance …  aux adhérents et vous vous reversez tout ou partie des gains.
  • Etre gérant de structure, sous un autre statut type SARL, EURL. Mais cela a un vrai coût et il est clair qu’en début de carrière, ce n’est pas la meilleure option pour gagner de l’argent. Mais si vous avez un peu d’économies, un ou plusieurs associés, un business plan viable, une offre commerciale qui au delà du simple coaching, alors pourquoi ne pas vous poser la question !
Pour conclure, le statut de micro entrepreneur est certainement le plus adapté au métier de coach. Mais ne précipitez pas les choses, soyez curieux et cherchez l’information avant de vous lancer.  Et quand vous commencerez à avoir plusieurs clients, pensez à Ekyno, pour optimiser la gestion des entrainements de vos sportifs !!