Dans le modèle social actuel, les populations se soucient de plus en plus de leur bien-être et souhaite accorder plus de temps aux activités physiques et sportives (APS).
Si les individus sont conscients de l’intérêt d’une bonne préparation physique, les coaches doivent être, de leur coté, dotés d’une bonne connaissance de l’anatomie et de la physiologie du sport. L’objectif est d’être à même d’élaborer des séances de musculation, cardio-training performantes, quels que soient les objectifs de chacun : bien-être, esthétique ou compétition.
Face à une concurrence accrue et malheureusement un secteur encore insuffisamment cadré, le choix des sportifs professionnels ou amateurs se fera avant tout sur la qualification du coach/préparateur physique/personal trainer.

Il est donc très important de choisir une formation adaptée pour ensuite s’assurer d’une vraie crédibilité sur le marché.

Avant de choisir une formation, il faut se renseigner sur plusieurs points :

  • son contenu : est ce qu’il va me permettre d’acquérir les connaissances dont j’ai besoin ? sa durée ? son Préparateur Physique questionnementcout ?  (si on vous propose une formation de préparateur physique en 3 semaines alors qu’il n’y a aucun pré requis à l’entrée en formation, interrogez-vous)
  • les formateurs : quelles études ont-ils fait ? Ont-ils été eux même dans le métier avant de former ? Nous conseillerons toujours de se tourner vers des intervenants ayant un diplôme reconnu par l’Etat et une réelle expérience du terrain. Mais ce n’est en aucun cas une obligation.
  • la reconnaissance du diplôme : diplôme d’état ? Diplôme reconnu RNCP ou simple attestation de formation ? C’est loin d’être la même chose.
  • les sorties de formation : dans le domaine de la formation on parle en nombre de sorties favorables.Il ne faut pas hésiter à demander aux organismes cette information ou une tendance à minima.

NB : quand on parle de sorties favorables, c’est sur quel type d’emploi (salariat, auto entreprenariat, autre) et sous combien de temps ?

Nous allons lister les formations qui sont, selon nous, les plus intéressantes pour celui ou celle qui veut devenir coach.

  • Le cursus universitaire avec la filière UFR STAPS

C’est souvent celle à laquelle on pense en premier. C’est d’abord un cursus mis en place par l’Etat et le ministère de l’éducation nationale, avec à la fin un diplôme reconnu. Plusieurs mentions sont proposées en licence 3. La plus choisie par de futurs entraineurs/coaches préparateurs est «entrainement sportif» . Une fois la L3 entrainement sportif obtenue, il est tout a fait envisageable de continuer sur un Master (voire même ensuite un doctorat). Pour autant vous pouvez aussi vous arrêter en L3.En effet, avec la L3, vous obtiendrez auprès de la direction du sport et de la cohésion sociale, votre carte professionnelle d’éducateur sportif qui vous permettra d’exercer contre rémunération

Si vous souhaitez toujours continuer sur le master, vous aurez alors à choisir entre 3 mentions

  • «sciences du sport, mention entrainement : biologie, nutrition, santé
  • «entrainement, préparation physique et management du sportif»
  • «entrainement et optimisation de la performance sportive».
  • Le BPJEPS (Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l’Education Populaire et du Sport)

C’est un diplôme professionnel et non universitaire qui vous permettra d’encadrer des activités sportives. Il vous donne un diplôme reconnu de niveau IV (équivalent BAC) et vous permet ensuite de continuer sur un DEJEPS dans votre spécialité sportive, si vous le souhaitez.

Il se divise depuis 2016 en 2 spécialités : animateur sportif et éducateur sportif. La 2ème sera logiquement la plus adaptée à notre situation.

Au sein de cette spécialité «éducateur sportif», il faudra ensuite choisir sa mention. Celle qui semble la plus directe pour arriver au métier de préparateur physique est le mention «activité gymnique de la forme et de la force». Mais vous avez d’autres mentions possibles (voir ici )

  • le DEJEPS (Diplôme d’Etat de la Jeunesse, de l’Education Populaire et du Sport)

Diplôme professionnel qui vous donnera un diplôme reconnu de niveau III (équivalent bac+2). Tout comme le BPJEPS, il se divise en 2 spécialités : «animation socio éducative ou culturelle» et «perfectionnement sportif». C’est la 2ème qui nous intéressera ici. Une fois de plus, vous aurez ensuite à choisir une mention qui correspondra à votre spécialité sportive la plupart du temps. Il y a au total 80 mentions, que vous pouvez retrouver ici 

  • le DESJEPS (Diplôme d’Etat Supérieur de la Jeunesse, de l’Education Populaire et du Sport)

Il s’agit toujours d’un diplôme professionnel, reconnu de niveau II (équivalent Master).

C’est le plus haut diplôme professionnel que vous pourrez avoir. Il forme dans 3 domaines de compétences : encadrer, diriger et concevoir. Le pré requis est d’avoir à minima un diplôme de niveau III (type DEJEPS)

A noter que les DEJEPS et DESJEPS sont très souvent proposés et assurés par les fédérations délégataires qui sont habilitées par le ministère à former dans le domaine sportif.

Il y a aussi les formations proposées par des organismes privés. Attention dans ce cas, à bien tenir compte des 4 points évoqués au début de l’article avant de faire son choix. Il faut se former pour rester à la pointe, mais pas n’importe où, n’importe comment et avec n’importe qui.

Le plus important est d’avoir de solides connaissances de départ et une solide expérience du terrain. Puis ensuite continuer à faire des formations complémentaires pour se spécialiser sur un aspect spécifique de son métier.

Nous espérons que cet article aura su vous guider dans les méandres de la formation, un monde vaste et très varié.

N’oubliez pas que selon la loi française, vous devez avoir une formation reconnue dans le secteur pour pouvoir travailler contre rémunération (article L212-1 du code du sport pour en savoir plus)

Pour finir, d’un point de vue éthique et professionnel, vous avez «entre vos mains» de coach, préparateur, entraineur, la santé des personnes. Etre un bon pratiquant ne veut pas forcément dire être un bon coach et vice versa. Le diplôme vous permettra d’obtenir la confiance de vos sportifs, car il reste un gage de professionnalisme. Vous avez investi du temps et souvent de l’argent pour vous former et être capable de proposer des entrainements adaptés à chacun, autant le mettre en avant !