On parle parfois de « petite mort » ou au contraire d’un vrai bol d’air pour un sportif. Peu importe la définition qu’on lui donne, mais la reconversion est un passage obligé dans une carrière de haut niveau. Passer de la lumière des projecteurs à une vie plus sobre, plus dans l’ombre est un vrai changement social et psychologique et il est important de s’y préparer.

Les fédérations délégataires ont pour obligation de mettre en place le PES (Plan d’Excellence Sportive) qui vise à permettre aux athlètes haut niveau de gérer au mieux la carrière sportive, tout en n’oubliant pas le coté professionnel, les études. Une carrière sportive est un CDD plus ou moins long, mais qui n’est pas renouvelable éternellement. Il va de soi que si le sportif, en même temps que sa carrière, se forme, a un emploi, passe des concours … il lui sera plus facile de préparer sa reconversion derrière.

Beaucoup de sportifs français vivent avec très peu de moyens financiers (moins de 500 € / mois). Ils sont parfois en grande difficulté, alors qu’ils sont supposés être soutenus par une fédération, avoir des sponsors, alors imaginez quand tout se termine.

Un travail sur soi à faire !

Le monde du travail et de la formation est dur. Il a ses us et coutumes ; apprendre à le connaitre pour mieux l’aborder est essentiel. Mais les sportifs de haut niveau ne sont pas formés pour ça. Ils se consacrent aux entrainements, aux compétitions, et c’est normal c’est leur travail, leur passion. Mais quand arrive la fin de carrière, ils peuvent être complètement perdus. Et tout un tas questions vont se poser  : est ce que je dois me former ? Qu’est ce que je veux faire ? Est ce que je fais le bon choix ? Ils vont se comparer à leurs amis non sportifs, qui ne sont pas au même point qu’eux. Et en plus de faire le deuil d’une vie consacrée à son sport, qui était sa routine, il faut réfléchir à son avenir.

reconversion sportif haut niveau
De la vie sportive à la vie professionnelle

Le travail à faire sur soi est important mais est pourtant la clé de départ d’une nouvelle vie. Il est nécessaire que le sportif puisse faire le bilan de sa carrière. Il doit savoir pourquoi il a fait son sport, comment il en est arrivé là et chercher ensuite à voir et comprendre qu’il est capable de trouver et faire d’autres choses intéressantes pour lui.

Bien évidemment, il est plus facile de se reconvertir quand c’est un choix (Thomas Voeckler, Usain Bolt ou Mo Farah récemment), que quand la fin de carrière est subie.

De même, les psychologues du sport avancent qu’il est plus facile de penser à sa reconversion quand on est jeune (les footballeurs sortants des centres de formation car ils n’ont pas signé de contrats pros), que quand on a 30 ans.

Il existe des solutions !

  • Grâce à une politique qui prend conscience que la reconversion des sportifs de haut niveau est un problème.
  • Une loi adoptée fin 2016, suite au rapport Karaquillo

Ce texte reconnait que les sportifs de haut niveau participent au rayonnement de la France, mais pâtissent d’une intégration sociale inadaptée à l’issue de leur carrière.

ll facilite alors l’accès aux concours via des passerelles adaptées, et aux études en aménageant les temps de travail. Par ailleurs, un CDD spécifique pour les sportifs professionnels salariés a été créé. Enfin, ce texte la modernise la convention d’insertion professionnelle (CIP) qui permet d’accéder à l’entreprise pendant la carrière du sportif.

A été lancé pour la 1ère fois en décembre 2014, avec en ligne de mire les JO de Rio. Ce pacte concerne surtout les sportifs dont les disciplines sont moins médiatisées mais à fort potentiel de médailles. Ainsi 176 sportifs ont signé un contrat avec de nombreuses entreprises dans tous les secteurs. Parmi les plus connues, la Française des Jeux, Go Sport, la RATP, Coca-Cola, Eventeam, Dailymotion, ou encore The walt Disney Company.

Les sportifs ont alors un contrat de travail aménagé ou un contrat d’image et de parrainage pour les plus jeunes. Mais surtout un engagement d’insertion dans l’entreprise à l’issue de leur carrière. Depuis 2014, le pacte de performance a été renouvelé. De nouvelles entreprises l’ont signé : Système U, 6ème sens immobilier …

Le nouveau gouvernement souhaite continuer dans cette démarche et la reconversion des sportifs de haut niveau fait partie du projet sportif du quinquennat en cours comme nous l’avons évoqué lors d’un précédent article

  • Grâce à des initiatives « privées »

En france, il y  2 structures qui accompagnent les sportifs de haut niveau en fin de carrière ou en vue de la préparer. Sportail Community et Athlète Avenue. Focus sur ces 2 entreprises.

  • Sportail Community

reconversion sportifs haut niveauC’est une plateforme de mise en relation et de networking des sportifs et des entreprises.  Elle s’adresse aux sportifs de haut niveau, handisport compris. Son objectif est de faciliter la mise en relation et le business entre les sportifs de haut niveau, professionnels, handisport, le monde de l’entreprise de la formation et du recrutement. Elle permet aux sportifs de gagner en visibilité, de pouvoir échanger facilement avec les professionnels, de développer un réseau. Ils peuvent également à leur tour accompagner un(e) sportif(ve) dans son projet professionnel. Elle prend la formation d’un réseau social comme si c’était un Linkedin du Sport

  • Athlète Avenue

reconversion apres haut niveauC’est également une plateforme de mise en relation des sportifs et des entreprises. Avec un espace personnel, le sportif peut créer son CV, consulter les offres d’emploi et les aides financières dont il peut bénéficier. La plateforme aide aussi les sportifs à trouver une formation car les organismes/écoles ont aussi un espace personnel. L’entreprise accompagne également le sportif dans la mise en oeuvre de son projet professionnel. Ils sont partenaires d’une société d’assurance très connue, qui offre des postes. Ils travaillent avec Adecco sur le volet formation (pour le moment plus axée commerciale). A la différence de Sportail Community, ils sont aussi organisme de formation auprès des sportifs et des entreprises (notamment sur le recrutement spécifique d’un sportif).

Il reste encore du travail pour permettre à nos sportifs (qui font notre fierté) de mieux gérer leur vie d’après. Le travail doit se faire encore plus en amont. Le pacte de performance va concrètement dans ce sens. Attendre la fin de carrière n’est peut être pas la meilleure solution. Avec un accompagnement de tous les jours en cours de carrière, la reconversion et le passage vers la vie d’après sera plus simple.  Le sportif se prépare bien à une compétition, alors il est primordial de l’aider dans la préparation de sa reconversion !